Les Gueules Noires - La Machine (58) 30/04/2016

Rédigé par Serge - - Aucun commentaire

Pour la deuxième marche nordique des « Gueules Noires », notre collègue Paulo de BNW retrouve Rémi Sainjon de l’UFOLEP pour "aller à la mine" de La Machine.

Afficher l'image d'origine

http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=180940&frmepreuve=C3%3aMarche+Nord+13kms+TC

Il sait qu’il devra le surveiller de près, l’ami Rémi…et même probablement batailler. 

Sous une pluie battante et après une mise en jambes dans le bois des Sœurs, voici Rémi, de « Morvan Oxygène » suivi par Angélique, une vaillante concurrente de « Athlé 52 Chaumont » qui entrent dans  la forêt des Minimes. Paulo est juste derrière.

La pluie...C’est l’apocalypse qui s’abat sur le Morvan, aujourd’hui. Un parcours hyper « galouaichai » attend les concurrents. A Dijon on dit « un parcours détrempé où il faut patauger dans des flaques d’eau malpropres ». Un morvandiau dit simplement un parcours « galouaichai »… C’est plus simple non ? Il est d’autant plus gadoue ce parcours que les concurrents du trail sont déjà passés par là, juste devant.

Non seulement ils ont labouré le parcours, mais voilà que les concurrents du Trail créent un embouteillage. C’est le problème des parcours communs trail/marche nordique ou l’on se gêne mutuellement.

Au 3ème km, Paulo décide de mettre la machine en route et d'aller au charbon. Il part seul devant, laissant Rémi et Angélique.

De plus en plus  trempé et couvert de boue, Paulo est toujours en tête à la Basse Meule.  La montée  jusqu'au terrain des Sokols est un véritable calvaire, tant ça glisse sous les pieds. Seule une vieille carcasse de voiture rouillée datant de la 2eme guerre mondiale, reste stoïque sous le déluge. Elle en a vu d’autres…

Avant d’arriver sur les hauteurs de St Léger des Vignes, le parcours devient roulant (enfin disons hyper-galouaichai). Rémi et Angélique ont été un peu distancés, mais ils restent en embuscade, prêts à saisir la moindre erreur du courageux BNW.

Plusieurs passages à gué de ruisseaux sont les bienvenus. Ils permettent en effet de délester les chaussures de quelques grammes de boue et de terre…

Encore quelques descentes, des passages en sous- bois, et voici  les ruines de fond Juda, l'ancien lavoir à charbon et l'étang Grénetier. Bon, pas vraiment le temps de faire du tourisme…

Nous sommes dans un ancien pays minier, celui des « Gueules Noires ». Les organisateurs ne l’ont pas oublié et ils ont prévu l’ascension d’un superbe terril…Toujours en tête de course, Paulo entreprend la terrible ascension. Aie ! il a loupé le chemin… Il faut faire marche arrière sur plus de 400 mètres! Rémi et Angélique reviennent, ils ont flairé un bon coup, là qui serait un vrai "coup de grisou" pour note mineur de fonds de BNW. 

Ouf, c’était juste, ric rac même, mais  il a de la "veine", Paulo ! Il finit premier en 1h39, (13 km) talonné de près par Rémi et Angélique à une minute…Il peut aller se réchauffer dans la "salle des pendus" et se sustenter avec un petit "briquet" , ce casse-croute du mineur, bien mérité.

(Le chrono a "buggué" pour tout le monde. Celui de Paulo mentionnait 1h37)

Bravo au courageux représentant de BNW !

 

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot jazdd ?