Voie Romaine 2015

Rédigé par Serge - -

« A pedibus , Citius, Altius, Fortius » (1) 

En ce jour de Pâques, le « Tribun » (2) Informatix a rassemblé des troupes pour une mission de reconnaissance sur la « Voie Romaine » (3) reliant Sombernon à Alésia. Ont répondu à l’appel les centurions Polotobus, Sébastopus, le Gaulois Bâtonraccourcix ainsi que les gauloises Hydroméline et Bonemine.

De nombreux légionnaires n’ont malheuresement pas pu venir. Odilix de son ostéopathe n’a pas eu le quitus. Cassuschevillus manque encore de tonus. Patotobus, Garedijonterminus, Jeanpierrus, Zézérosis  et Josy 1ère ont des obligations familius...

Par un ciel bleu comme un paquet de Gauloises (Bleues évidemment !) et par un froid extrême, nos légionnaires se retrouvent sur l’oppidum d’Alésia au pied de la colossale statue de Vercingétorix. Ah, ce chef gaulois, immense, moustachu et aux cheveux longs, c’est bien ce que l’on nous a appris dans nos manuels scolaires.... La troupe retrouve quelques Epleumiennes et Epleumiens, Irène, Olivier, Françoise ainsi qu' une Bombis, Agnès, tous prêts également à affronter cette épreuve.

Allez, un dernier coup d’œil sur le champ de l’ultime bataille opposant Gaulois et Romains et nos centurions vont prendre la navette pour Champaron. Oui, mais où est donc passé le centurion Polotobus ? La navette s’apprête à partir et point de Polotobus. Il va rater l'autobus, Polotobus..! Aurait-il déposé discrètement ses bâtons au pied de Vercingétorix ? Mais non, « Errare Humanum Es » (ma grand mère disait : « L' 'erreur c'est Germaine »). Le voilà, il était seulement en contrebas de l'arrêt de l'autobus !

Arrivée à Champaron. « C'est pas chaud pour la pompe à eau » comme disent nos cousins gaulois du Québec quand ça caille vraiment... Quelques échauffements ne seront pas du luxe avant d’attaquer les 15,8 km. Une cinquantaine de concurrents sont là, dont une vingtaine de marcheurs nordiques et une étrange coureuse à bâtons.

C’est parti. « Alea jacta est », le sort en est jeté comme disait César passant le Rubicon. Les coureurs disparaissent, laissant place aux marcheurs. Le Centurion Informatix prend de suite la tête des « nordic walkers », rejoint bientôt par Polotobus. Le parcours est pittoresque avec de belles, mais très ventées et glaciales lignes droites. Normal, la rectitude est l'une des caractéristiques des voies romaines de l’empire romain. Il y a pas mal de boue avec la pluie tombée ces jours derniers.

L’organisation est irréprochable avec deux ravitaillements et une centaine de bénévoles signalant et protégeant les marcheurs aux intersections de routes. Après le second ravitaillement un long chemin en légère descente permet à Informatix et à Polotobus d'allonger le pas, et de distancer Sébastopus sans prendre le temps d’admirer les « bornes militaires » (4) du parcours. 

Vercingetorix-me

A quelques trois « milles romains » (5) de l'arrivée, une grosse butte – un  « monticellus » - se présente et le futé Polotobus laisse Informatix littéralement sur place. Il disparaît dans les rues d’Alise Sainte Reine. Le dernier monticellus, celui de la statue, est en vue et là... surprise ! Sébastopus est là, pensant être le premier. Il a pris - bien involontairement - un raccourci dans Alise Sainte Reine. Polotobus termine donc premier et Informatix est deuxième, à une portée de javelot romain. Batonraccourcix, malgré un douloureux coccyx fait aussi une belle course.

Après deux heures de marche, nos trois centurions sont sur le podium. Il convient de noter également la belle prestation de nos gauloises, Hydroméline et Bonemine que les trois centurions n’ont pas daigné accueillir sur la ligne d’arrivée, comme il se doit. Les bougres ont prétexté  un changement de tenue pour les accueillir dans une tenue convenable. Balivernes ! En fait, ils s’étaient juste partis s’envoyer quelques verres de cervoise et d’hydromel pour fêter leur victoire.

« Veni, vidi, vici » comme disait Philip Moris et la chanteuse Alizé en fumant des Malboro (6) (7). En bons Gaulois, cette journée ne pouvait pas se terminer sans un petit piquenique festin au cœur du village d'Alise Sainte Reine sur un banc en pierre tiédi par le soleil. Il ne manquait que les sangliers. Il parait que le Puligny-Montrachet 2006 de Batonraccourcix était généreux, ample, gouleyant, charnu....bref, un régal ! Quand je pense que je n'étais pas de la fête... 

Le classement : http://data.over-blog-kiwi.com/0/54/78/43/20150407/ob_3d8b63_2015-04-05-la-voie-romaine-arrivan.pdf

(1)   A pedibus : à pied - Citius, Altius, Fortius : A pied, et plus loin, plus haut, plus fort (devise olympique)

(2)  Le Tribun était un officier supérieur dans la légion romaine

(3)   Parfois issues de chemins gaulois, les voies romaines ont été aménagées sous l’Empereur Auguste pour la circulation des armées et pour organiser la levée des impôts.

(4)   Des « bornes militaires » jalonnaient la plupart des voies établies dans l’empire Romain, et étaient implantées tous les 1481 mètres ce qui correspond au mille romain

(5)   Un mille  correspondait à 1 000 « doubles pas » de 1,481 m

(6) Veni, vidi, vici est la devise de Phippe Moris International. 

(7) Veni, vidi, vici  est aussi une chanson chantée par Alizé et écrite par Mylène Farmer

#1  - Lea Claude a dit :

Je vous remercie pour votre edito

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.